Note de cloture

2006 décembre 20, mercredi

Cessation d’activité programmée dans les jours qui suivent.

La migration s’effectuera progressivement vers ce diaire : timuchefle2.blogspot.com

& j’espère bien mieux gérer mes libellés grâce à Blogger Bêta.

La boite du crâne

2006 décembre 16, samedi

Il semble qu’il y ait deux catégories d’adjectifs qualificatifs, les adjectifs

  1. relationnels
  2. clasificatoires, disont différentiels

Les adjectifs relationnels opèrent une mise en relation d’un second objet avec le nom qu’ils qualifient et qui tient lieu de premier objet, tel que (n.+adj.) = (x de y).
Ainsi, dans les exemples suivants, « la boite crânienne » et « l’aurore boréale » sont équivalents à la boite du crâne & à l’aurore de borée.

Les adjectifs différentiels mettent en relation un objet donné avec une propriété permettant de le différencier d’autres objets de nature identique, à un aspect près.
Ainsi, dans les exemples suivants, « la robe bleue » et « la buche brûlée » peuvent être glosés par cette robe qui est bleue au contraire de cette robe qui n’est pas bleue & par cette bûche qui comporte des marques de combustion et non toutes celles qui sont intactes. Bien entendu, il dépend du context d’apporter la précision adéquate concernant l’ensemble du ou des objets d’entre lesquels l’objet donné est à différencier.

Découverte orthographique

2006 décembre 15, vendredi

Depuis tout petit j’entends les mots « (à) tantôt » et « boujoux » sans vraiment être certain de la façon de les transcrire.
Grâce à Wikipédia, l’encyclopédie qui te fait passer des nuits blanches de découvertes sérendipiteuses, j’ai enfin appris à orthographier ces deux mots.

  1. a t’en tôt
  2. boujouo

C’est fou ^o^ !

Que d’âmes !

2006 décembre 15, vendredi

Vous en voyez d’autres ? Où ai-je mis mon signet du dico inversé… ?

Observation de classe

2006 octobre 2, lundi

Éthologie : observation sans intervention. Regarder sans comparer avec ce que l’on ressent, avec ce que l’on pense. En somme, regarder sans juger.

LORENZ Konrad, un éthologue parmi les hommes

Apprendre ! éd. Belin (nouvelle édition 2002).

2006 octobre 2, lundi

Apprendre devient un challenge au quotidien. La société,
les individus ont de plus en plus à apprendre pour comprendre un
monde complexe et incertain en pleine mutation. Il leur faut changer
leurs repères, mettre en place de nouvelles approches.
Contrairement à ce que l’on pensait, « l’apprendre »
se résume rarement à un simple enregistrement ou à
un décodage d’informations, encore moins à une
construction directe de connaissances… C’est un processus
naturel et évident, mais multiple et paradoxal : il
s’agit de générer de nouveaux réseaux de
neurones. Cela explique pourquoi les méthodes dites « actives »
à l’école n’obtiennent que des
résultats très limités. Comment faciliter
l’apprendre ? Quelle est la place de la motivation, du
désir, de l’émotion ou de la
mémoire ?.. Que sait-on des capacités
étonnantes du cerveau ? Pourquoi certains enfants ou
adultes ont-ils tant de difficultés à apprendre ?

En savoir + : Site du Laboratoire de Didactique et Epistémologie des Sciences

Ab Transversales.

Observation de classe

2006 juillet 6, jeudi

Éthologie : observation sans intervention. Regarder sans comparer avec ce que l’on ressent, avec ce que l’on pense. En somme, regarder sans juger.

LORENZ Konrad, un éthologue parmi les hommes

Madagascar sans glace, merci

2006 juin 15, jeudi
La Tunisie : J'habite/ Je suis né(e)/Je vis… en Tunisie.
La Gambie : en Gambie
L'Italie : en Italie
Le Sénégal : au Sénégal
Le Canada : au Canada
Les États-Unis : aux États-Unis
Madagascar : à 0 Madagascar

(ab Alter Ego A1) 

Question : qu'est-ce que Madagascar n'a pas comparé aux autres ? Est-ce un défaut de notoriété ? Est-ce un cas insoupçonné de neutre ? Pourquoi ne marque-t-on pas le genre avec le/la ? La Madagascar est-elle nécessairement erronnée ? L'ile de Madagascar ? Le Madasgascar est-il plus improbable ? Pourquoi la place après à est-elle vide ?

Mystère…

365 Verbes

2006 juin 14, mercredi

Idée : sur le modèle de Kanji a Day, ce serait pas bête de balancer la conjugaison d'un verbe par jour. L'intérêt serait d'amener les apprenants à revoir un verbe ou découvrir un verbe ou des formes inconnues d'un verbe étudié en classe.
Ce qui est difficile avec les verbes, c'est d'une part de bien identifier quel est le jeu de désinences qui convient et d'autre part de ne pas se tromper dans les modifications du radical. Ce sont donc deux points à mettre en lumière.

Savoir
dés. : -s, -s, -t, -ons, -ez, -ent
rad. : sai- | sav(ai)- | saur(ai)- | sav- | sach- | su-
tps : …

Jouer
dés. : -0, -s, -0, -ons, -ez, -ent
rad. : joue- | jou(ai)- | jouer(ai)- | jou- | jou- | jou-
tps : …

Quatre étymons

2006 juin 14, mercredi

Il faut vraiment que le TLFi se décide à ne plus négliger la partie étymologie de ses entrées… Elles sont illisibles !

Prononc. et Orth. : [kaptive], (je) captive [kapti:v]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Début XVe s. se captiver « se soumettre » (Gerson ds le dict. de Dochez d'apr. LITTRÉ), qualifié de ,,vieilli«  par DG; 2. [1488 « faire prisonnier » d'apr. FEW t. 2, 1, p. 331b]; 1540 (B. DE LA GRISE, trad. de GUEVARA, L'Orloge des Princes, 1. I, ch. 24 ds HUG.) 1665 « maintenir prisonnier » (LA FONTAINE, Contes, éd. H. Regnier, t. IV, Paris, 1887, p. 369), noté comme ,,tombé en désuétude«  par LITTRÉ; 3. av. 1559 « charmer, séduire » (DU BELLAY, VII, 21, verso ds LITTRÉ : L'or des cheveux me captive). Empr. au b. lat. captivare IIIe-IVe s. au sens 2, Itin. Alex. 11 ds TLL s.v., 369, 72, au sens 1, Rufin, ibid., 370, 80. A évincé l'a. fr. chaitiver, de formation pop. (XIIIe s. « assujettir, rendre esclave » ds GDF.). Fréq. abs. littér. : 296. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 826, b) 181; XXe s. : a) 352, b) 242. Bbg. TRACC. 1907, p. 123.

Pourtant il est nécessaire de disposer d'un dictionnaire qui présente clairement les liens qu'entretient un mot avec ses états antérieurs. Il me semble qu'au moins quatre sections sont utiles.

  1. Latin
  2. Bas latin – galloromain
  3. Ancien français
  4. Français classique
  5. Français comptemporain (déjà couvert par les acceptions présentées au préallable)

Lexicographes, vous avez du pain sur la planche !